Le Blog Tuasmalou
Partage d'expérience par une maman

Bibliothèque

Comme les plantes, les enfants ont parfois besoin de tuteurs pour grandir

Personnages

Alors que j’étais tranquillement assise sur mon balcon à observer mes différentes herbes aromatiques et plantes, j’ai réaliser à quel point certaines plantes avaient fondamentalement besoin d’un tuteur pour se développer (voire même ne pas mourir…) Et pourquoi au moment où je caressais ma menthe, qui reprend gentiment de la vigueur après un gros coup de chaleur, j’ai fait le parallèle avec les enfants? Ah oui, je sais! Je suis partie 10 jours en vacances et mon fils aîné resté seul à la maison n’a pas arrosé les plantes. Grrrr! Je vous rassure, le basilic est bien reparti, la verveine aussi. Par contre, mon fils… Alors j’ai fait une tite recherche du style « les enfants ont besoin d’un tuteur pour bien grandir » (Vous trouverez les liens ci-dessous). Un psy m’avait dit un jour, en parlant des limites, « mon fils a besoin de fils barbelés, alors que pour ma fille quelques brins de ouate suffisent…. ». Pour en revenir aux tuteurs, chaque plante est différente et a donc des besoins différents. Jusque là Ok. Mais le pire c’est qu’une même plante peut avoir des brins de folie, des brins de liberté, des brins de rébellions. Alors il faut mettre un deuxième tuteur, un troisième, pour la suivre dans sa course. Par chance, les plantes nous laissent le temps de comprendre, ce qui n’est pas le cas de nos enfants! (Quoique, j’en entends déjà certains dirent: « tu les as mis au monde, tu les connais donc comme si tu les avais fait ». Ah ah très drôle! Justement et c’est là où ça fait mal: ils se couchent le soir en mode 8ème merveille du monde et se lèvent en mode méconnaissable (ok, quand ils se lèvent) et je ne parle pas juste du réveil en mode zombie, je parle de la journée (ou ce qu’il en reste) en mode *&£$*!&%*!!! Alors quoi?
Bah déjà les arroser d’eau, de nourriture saine, de lumière et d’amour. En commençant par l’amour: des gestes, des paroles bienveillantes, encourageantes. Ensuite, rester droit, tel un tuteur, deux tuteurs, trois tuteurs… 😉 Tuteurs en chêne ou en saule?

N’hésitez pas à partager vos expériences dans l’espace commentaire, l’expérience des uns peut parfois servir aux autres 🙂

Aider vos enfants à grandir en douceur
Heureux à l’école: tout commence à la maison

Le jour où la parentalité positive m’a gonflée

Comment respecter le sommeil des ados?

Personnages

Alors que certains parlent de modifier les horaires scolaires afin de les adapter aux changements de sommeil des ados, pour l’heure, il n’y a aucun changement concret. En effet, d’après des études, à l’adolescence, sous l’effet des hormones, le sommeil change. Le coucher est plus tardif puisque les ados ne ressentent la fatigue que vers 23 heures (toujours selon étude). Sachant qu’il leur faut 9-10 heures de sommeil, idéalement ils devraient pouvoir se lever à 8 heures. Et être prêts à suivre des cours à 9 heures. Chez nous (en Suisse) on est loin du compte, puisque les cours commencent à 8 heures ou même à 7 heures pour certains cursus!
Parallèlement, les activités extras-scolaires (sport, musique) des ados voient leurs horaires se modifier. Leurs entraînements commencent plus tard, ils débutent vers 19h-20h vu que les terrains ou les salles sont occupés avant par les plus jeunes. Logique!
Ce qui n’est pas logique c’est que quelqu’un qui termine un entraînement ou un match à 22h ne peut pas s’endormir avant minuit (douche, repas, retour au calme du corps) et encore moins être en forme, en cours, à 7 heures le lendemain… Alors comment faire?

D’autant plus que nous savons aussi très bien que l’adolescence est une période critique quant à la poursuite d’une activité sportive régulière. Je répète: Comment faire?

Avec l’ado idéal pas de problème: il a bien compris que son sport, son instrument de musique et ses études passent avant tout, alors le week-end il ne sort pas, afin de racheter son manque de sommeil et de garder le rythme du lever tôt. Mais pour les autres? Parfois, tellement fatigués par leur semaine, ils s’endorment avant même de savoir quel est le plan entre potes. D’autre fois, ils me demandent de les réveiller à 20 heures pour qu’ils puissent quand même sortir un peu.

Ils sont braves ces ados, ils ont tellement de choses à faire, tellement de choses à découvrir, tellement d’énergie pour tout cela, qu’on pourrait quand même les aider un peu en aménageant des rythmes scolaires à leur portée, non?

J’attends vos réactions, vos commentaires, vos solutions dans l’espace « commentaires » ci-dessous.