Le Blog Tuasmalou
Partage d'expérience par une maman

Bibliothèque

Comme les plantes, les enfants ont parfois besoin de tuteurs pour grandir

Personnages

Alors que j’étais tranquillement assise sur mon balcon à observer mes différentes herbes aromatiques et plantes, j’ai réaliser à quel point certaines plantes avaient fondamentalement besoin d’un tuteur pour se développer (voire même ne pas mourir…) Et pourquoi au moment où je caressais ma menthe, qui reprend gentiment de la vigueur après un gros coup de chaleur, j’ai fait le parallèle avec les enfants? Ah oui, je sais! Je suis partie 10 jours en vacances et mon fils aîné resté seul à la maison n’a pas arrosé les plantes. Grrrr! Je vous rassure, le basilic est bien reparti, la verveine aussi. Par contre, mon fils… Alors j’ai fait une tite recherche du style « les enfants ont besoin d’un tuteur pour bien grandir » (Vous trouverez les liens ci-dessous). Un psy m’avait dit un jour, en parlant des limites, « mon fils a besoin de fils barbelés, alors que pour ma fille quelques brins de ouate suffisent…. ». Pour en revenir aux tuteurs, chaque plante est différente et a donc des besoins différents. Jusque là Ok. Mais le pire c’est qu’une même plante peut avoir des brins de folie, des brins de liberté, des brins de rébellions. Alors il faut mettre un deuxième tuteur, un troisième, pour la suivre dans sa course. Par chance, les plantes nous laissent le temps de comprendre, ce qui n’est pas le cas de nos enfants! (Quoique, j’en entends déjà certains dirent: « tu les as mis au monde, tu les connais donc comme si tu les avais fait ». Ah ah très drôle! Justement et c’est là où ça fait mal: ils se couchent le soir en mode 8ème merveille du monde et se lèvent en mode méconnaissable (ok, quand ils se lèvent) et je ne parle pas juste du réveil en mode zombie, je parle de la journée (ou ce qu’il en reste) en mode *&£$*!&%*!!! Alors quoi?
Bah déjà les arroser d’eau, de nourriture saine, de lumière et d’amour. En commençant par l’amour: des gestes, des paroles bienveillantes, encourageantes. Ensuite, rester droit, tel un tuteur, deux tuteurs, trois tuteurs… 😉 Tuteurs en chêne ou en saule?

N’hésitez pas à partager vos expériences dans l’espace commentaire, l’expérience des uns peut parfois servir aux autres 🙂

Aider vos enfants à grandir en douceur
Heureux à l’école: tout commence à la maison

Le jour où la parentalité positive m’a gonflée

La fessée. Oui? Non? Parfois? Jamais? Pourquoi? Pourquoi pas?

Personnages

Le mot fessée est comme beaucoup d’autres mots qui, à leur simple évocation, éveille une multitude d’images et de sentiments différents chez chacun. Pour certains se sera le summum de la violence alors que pour d’autres c’est juste un geste anodin, parfois libérateur, un peu plus dynamique qu’un autre, certes, mais sans plus. Pour d’autres encore, le mot fessée n’est qu’un concept n’ayant jamais été expérimenté. En tout cas, elle fait jaser cette fessée et elle fait mal! Physiquement ou psychiquement. Cependant, la fessée originelle serait juste une histoire d’énergie…

J’esssplique:

Dans quelle situation est donnée une fessée?

Si je résume et shématise: Chaque fois que la limite de l’un ou de l’autre est atteinte (l’enfant qui dépasse celle que lui a indiquée l’adulte, l’adulte qui ne maîtrise plus ses émotions-sa colère le dépasse).

Plutôt que de tergiverser sur le bien ou le mal fondé de la fessée, je vais chercher à l’intérieur, j’introspecte ce qui anime l’un ou l’autre à « chercher » la fessée ou à donner la fessée « bien cherchée » (Bon avec mes guillemets vous aurez bien compris que je ne suis pas en accord avec le principe de la fessée).

Que ce soit du côté de l’enfant ou du côté de l’adulte, il y a un besoin quasi vital de stopper ce qui en cours. Dans ces cas (urgence) les cerveaux de raisonnement, de réflexion se mettent en veille afin de laisser la place au cerveau des urgences, de l’action. Cerveau qui se résume assez simplement en une question: « action (combat) ou non-action (fuite)« . La fessée est une action… un combat dans l’idée de sortir victorieux. (choix « réfléchi » de notre cerveau, sinon il aurait pris l’option fuite). Jusque là tout est parfait, oui parfait, personne (adulte ou enfant) n’a dit, « je pars » laissant l’autre seul face à lui-même. La situation est ok. Chacun est encore en relation, c’est important surtout pour l’enfant: à l’âge où ils ont le plus tendance à chercher les fessées, ils ne peuvent pas rester livrés à eux-mêmes, MAIS EST-CE QU’ILS CHERCHENT VRAIMENT LA FESSEE?

Comme je l’ai dit plus haut, je vais faire une introspection et que vois-je? juste de l’énergie bouillonnante, de l’énergie en grande partie mentale « Ah! je n’en peux plus, ah! il se fiche de moi! ah! il m’énerve, ah! mais tu me fais honte, regarde comme on nous regarde… ») Cette énergie à besoin de retrouver sa maison, son lieu naturel d’habitation, c’est à dire son corps. La fessée fait redescendre l’énergie dans le corps, l’énergie ne connait pas le langage des mots (« calme-toi », « respire » ne fait aucun sens pour elle), il faut lui parler concrètement, physiquement! N’y a-t-il alors que la fessée pour seule solution??Heureusement non!

Alternatives à la fessée:

– Passer les avants-bras sous l’eau froide lorsque nous nous sentons dépassés. (Préférer et choisir cette option aussi pour l’enfant à la place de la douche froide 😉 )
– Proposer un verre d’eau, passer une lingette sur le visage.
– confier l’enfant à quelqu’un de responsable et partir marcher, courir, danser=libérer l’énergie et lui permettre de se reloger dans notre corps plutôt que dans notre tête.
– serrer fort (avec bienveillance!) l’enfant dans ses bras, le contenir, qu’il ressente les limites de son corps, qu’il s’apaise dans la douce proximité physique. Pour cette solution il faut que le parent se sente vraiment en paix et que l’enfant accepte cette proximité (on le sait très vite), sinon passer à la première ou à la deuxième solution 😉

Tout ceci n’est parfois pas si simple… surtout « in situ ». Quand on a le nez dedans, il serait bon d’avoir un fil conducteur.
Le mien était simple, il est toujours valable et concerne toujours mes enfants même s’ils ont bien grandi depuis. Le voici:
Canard numéro 1 et canard numéro 2.
Mais qu’est-ce qu’un canard vient faire ici? Vous ne voyez pas?
Alors voici l’histoire du canard:
Il était une fois un joli canard, moulé dans du bronze, qui trônait au milieu d’une bibliothèque remplie des meilleurs livres sur l’éducation. Son « propriétaire » avait beau l’appeler cent fois et sur tous les tons pour qu’il vienne sur son bureau (jusqu’à ce mettre dans des états difficilement imaginables vu ses connaissances en matière d’éducation) le canard ne se déplaçait pas. C’était le canard numéro 1.
Le canard numéro 2, en tout point aussi beau et aussi immobile que le numéro 2, venait se poser sur son bureau comme il lui avait demandé. QU’AVAIT-IL FAIT? QU’AVAIT-IL DIT?
Rien dit, tout fait.
Un enfant qui n’entend plus les mots a besoin d’être pris par la main (avec bienveillance), à ce moment, il est comparable au canard en bronze: on aura beau aller jusqu’à crier voire frapper, rien ne se passera. Le guider physiquement, calmement et avec amour nous mènera au résultat souhaité. Passer du langage oral au langage physique… CQFD (Ce Qu’il Fallait Démontrer).
Langage physique ne veut pas dire violence physique, en aucun cas! En partageant ici vos solutions, vous aiderez d’autres parents à faire leur chemin. 🙂 Et tous les enfants vous remercieront tôt ou tard, d’une manière ou d’une autre, du chemin que vous aurez parcouru…

En complément: l’empathie

otite- les à côtés

Personnages

Si l’idée m’est venue de faire un billet sur les otites, c’est bien évidemment qu il y en a eu une chez moi!
Peu habituée à ce genre de truc, j’ai été surprise de l’intensité de la douleur. L’otiteux a 13 ans et j’ai vécu un saut dans le passé. Un saut de 13 ans! Nan, je n’exagère pas. Réveil toutes les deux heures la nuit… Alors j’exagère? La seule chose qui ait changé, c’est le vocabulaire et la découverte d’un nouveau registre de grossièretés 🙁 Où donc et quand donc a-t-il appris tout ça??? « Sa mère » n’est en soit pas grossier, mais suivant ce qui est dit avant et après… ça devient franchement inaudible! Je comprends qu’il ait mal aux oreilles!
Ayant déjà fait quelques entorses au règlement (espacer les prises des anti-inflammatoires et anti-douleurs) j’ai cherché dans mes lointains souvenirs persos d’otites. Eurêka! Compresse chaude, mais c’est bien sûr! Hop! Ni une, ni deux je mets le coldpack à chauffer et lui la pose sur l’oreille. Soulagement immédiat.:-) Ce qui me laisse le temps de réfléchir encore… Compresse d’argile! Hé oui! Mais comment ai-je pu l’oublier?!? Merci l’otite! L’argile a la propriété de… LES propriétéS de… roooh… il y en a tellement quand j’y pense, que je vous laisse lire, imprimer et afficher sur le frigo le contenu du site sur l’argile. Le cold/hot pack est vraiment le remède à avoir à portée de main et… y penser!
À présent, il est 3 heures 30 du matin, et je n’ai pas encore dormi. Il est dans mon lit et me demande de lui raconter une histoire… Ah? euh? Une histoire tu dis? Cela fait quelques temps déjà qu’il préfère s’endormir seul, sans ma petite histoire… Oui, heu, donc une histoire? Oui, une histoire de lutins. De lutins? Oui des lutins dans une forêt. Et voilà que l’histoire démarre. Trois minutes après, il renflotte et moi, mon histoire était tellement chouette que je me la suis continuée en me disant qu’il l’entendait sûrement… 🙂 De toute façon j’étais largement réveillée!
Il y a encore eu des réveils et j’ai encore fait chauffer la compresse.
Le lendemain matin, il me dit:  » merci pour la compresse, mais je crois que c’était psychologique… »  » Ah ben mon p’tit gars, ch’crois pas non! Se sentir mieux avec une compresse chaude sur la figure alors qu’il fait 35°C en pleine nuit et qu’on dégouline en dormant… Même avec beaucoup d’imagination, je n’arrive pas à imaginer où mettre l’effet psychologique… » « Ah ah! Ah ouais…. » Heu.. Ben tu peux me refaire une compresse chaude (35°C à 11 heures du mat’) s’il te plait? Et aussi l’argile… » Mais bien sûr! Juste pour l’effet psychologiques?
Finalement, cette horrible otite nous aura permis de:
– passer de chouettes moments.
– De mettre mon dernier enfant sur la voix des remèdes alternatifs sans pour autant faire fi d’un avis médical- diagnostique:
otite moyenne aigüe. Donc anti-bio. Mais tout ça parce qu’il a mis les pieds au mur pendant deux jours. Effectivement, c’est toujours mieux de s’amuser que d’aller poireauter dans une salle d’attente… surtout quand on est en vacances. J’espère qu’il en aura tiré la leçon.
– redécouvrir nos vieux remèdes… Froid/chaud, huiles essentielles, oligo-éléments, argile, dialogues, repos
Et si on me demandait de mettre dans l’ordre ces quelques éléments, je dirais:
– repos
– dialogue avec soi-même ou une personne de confiance (en fonction de l’âge et de la capacité à se remettre en question, sans jugements)
– en général ça suffit… :-). Oui!
– Consulter un médecin pour avoir un diagnostique et choisir, en connaissance de cause, le ou les remèdes.
Mon fils otiteux de 13 ans lirait ça qu’il dirait: pffff…
Mes fils de 15 et 17 ans liraient ça qu’ils diraient: Ouais… d’un air un peu interrogateur, mais en même temps ils ne peuvent pas tout envoyer bouler puisque je les ai si souvent bien soignés avec mon argile, mon froid, mes huiles essentielles et surtout ce que je leur ai appris sur le fonctionnement de leurs corps (fièvre, défenses immunitaires, soleil, alimentation…)
Mon fils de 20 ans lirait ça et dirait: Ben ouais! C’est évident! Et t’écris un truc que tout le monde sait?!? Mais qui, maman, mais qui ne connait pas les bienfaits de l’argile?

Yes! Mission réussie 🙂

le vêtement, son importance dans l’épanouissement de l’enfant

Personnages

Au delà de l’effet de mode, le vêtement a une importance primordiale. Il va recouvrir l’organe le plus important de notre corps: la peau. Ce vêtement a une structure, une matière et une couleur.
Pour la couleur, les parents d’enfants roux ont bien compris que pas n’importe quelle couleur ne leur ira et qu’il faudra en éviter certaines. Ce propos n’est de loin pas sectaire, au contraire, il montre toute la subtilité du choix du vêtement. Choix que l’on fait en général inconsciemment… certains parmi nous pourraient être considérés comme passe-partout… genre une peau mate, un joli visage et une belle morphologie, ceux-ci, même dans un sac à patate auraient de l’allure! Mais au-delà de l’allure extérieure, il convient de tenir compte du ressenti intérieur… Et alors là! Pffff… Soit c’est une révélation :-), soit c’est un parcours du combattant :-(. Mais courage, ça en vaut vitalement la peine!
Bon, je pars du principe que ce sont plus des parents qui me lisent que des enfants. Donc avec vos années de vie, que vous soyez homme ou femme, vous avez bien(ou commencez à définir) défini les habits qui vous conviennent. En général, on procède par ordre de ce qui ne nous va pas. Erreur ou pas? J’avoue que je ne sais pas. La forme du vêtement… encolure ronde ou en V… autre? Des fois on ne sait pas. Matières? Il y a les douces, les fluides… les agréables… Et pourtant, une fois portée on à l’impression qu’elles dégoulinent ou alors qu’elles nous étriquent. Alors oui, en magasin on touche vaguement le tissus, la couleur y est à peu près, la taille c’est bon et hop l’achat est fait. Cependant, impossible de le mettre! Qué? Quoi? Mais qué passa? Si c’est un achat pour notre enfant, il hurle, il crise et crie qu’il ne veut pas l’enfiler! Ce à quoi dans l’énervement nous pouvons lui répondre: « Mais bon sang! T’as vu son prix?!? » Heu… plus c’est cher, plus c’est confortable???… Malheureusement pas. Alors quoi???
Chaque corps est différemment fait:
– Structure: Osseuse, ronde, longiligne?
– Carnation: Blonde, brune, rousse? Plutôt grise ou plutôt dorée? Plutôt chaude ou plutôt froide? Ah AH la blague! ? Ses grands-parents ont compté les orteils! Et ouf! Le compte y était! Mais au-delà de ça, il y a sa nature profonde… Au-delà des mes goûts et de mes projets pour lui, il va falloir l’accompagner dans tout son être.
Soyons francs, au-delà du relooking, qui vise plutôt à cacher nos soit-disants défauts plutôt que d’exprimer notre vraie valeur, il y a: MOI (ou lui) et LE VÊTEMENT: Quelle matière, quelle forme, quelle couleur? ça, ça peut être tout un travail, surtout si nous nous sommes trop éloignés de nous-même… Mais la bonne nouvelle est que nos jeunes enfants n’ont pas tout ce passé d’à priori! Ils savent au moins, instinctivement, quelles matières et quelles formes, ils supportent sur leur peau. Un tissu dense et épais? Un tissus dense mais en même temps léger? un tissus fluide? Tout ce qui peut nous paraître un caprice d’enfant au moment où on l’habille est en fait indice ;-). Un tissus léger quelque soit la température extérieure? Un tissus épais alors qu’il fait 30°C à l’ombre? Autant d’indice qui vont vous aider à déterminer sa nature.
Sachant que les matières de tissus correspondent aux quatres éléments: air, terre, feu, eau, on pourra cataloguer les tissus ainsi:
– serrés et lourds: expriment la terre
– légers et aérés: expriment l’air
– fluides: expriment l’eau
– secs et grattants: expriment le feu
Voilà, CQFD, nous exprimons, à travers notre corps les 4 éléments naturels. Mais pas que… Au delà des couleurs des couleurs, nous exprimons aussi les quatre tonalités: Eté, automne, hiver, printemps? Mais pas que… pendant qu’on y est, pourquoi ne pas s’intéresser aux trois structures: losange, cercle, ligne. Ah ben oui, tout cela est fort complexe. Mais si, en tant que parents, nous arrivons au moins à respecter SON choix de textile, c’est tout un bien-être en plus que nous lui offrons! Viennent ensuite à un niveau ou à un autre les autres éléments… What? Heu…ben oui, évidemment;-) nous avons différents corps énergétiques…
Pour faire court, et revenir au titre du billet: le vêtement a une grande importance dans l’épanouissement de l enfant, un confort et une sécurité inégalable (et je mesure mes mots!)
Alors, jeunes parents, soyez à l’écoute du ressenti corporel de votre enfant (tout en vous mettant à la vraie écoute de vous-même).

D’où m’est venue cette idée, pour certains, saugrenue?
1. En feuillant un magazine d’outils pour enfants autistes dans lequel ils proposaient un gilet lesté…Pour augmenter la densité corporelle de l’enfant et lui permettre d’atterrir?
2. Par expérience, suite à de achats pour mes enfants qui ne correspondent absolument pas à ce qu’ils attendent d’un vêtement, au-delà de la mode.
3. Suite à mon propre chemin concernant le vêtement.
Un sujet nouveau pour une humanité en évolution et qui attend vos commentaires et le partage de vos expériences 🙂

Les joies de l’automne, les jeux d’automne

Personnages

Mais où sont donc passés ces magnifiques tas de feuilles dans lesquels il fait si bon sauter et se cacher (au désespoir des parents quand les enfants rentrent couverts de poussière de feuilles 🙂 )

Les feuilles mortes? Aussitôt vues, aussitôt soufflées, aussitôt dégagées! 😉 Heureusement quelques enfants rassemblent encore ces feuilles mortes « oubliées », en font des gros tas avec leurs pieds et sautent à  coeur joie dedans! Heureusement encore, les feuilles tombent plus vite et plus souvent que passe le jardinier.

Dans un parterre de feuilles, on peut aussi dessiner un labyrinthe et faire toutes sortes de courses, de poursuites et de parties de loup.

On pourra ramasser des feuilles, les ramener à  la maison et faire un joli bricolage en attendant l’heure du dîner.

J’espère que ces quelques idées de jeux vous donneront envie d’aller jouer dehors, même si les températures commencent à  chuter.
Vous avez d’autres jeux? Partagez les nous! 🙂