Le Blog Tuasmalou
Partage d'expérience par une maman

Bibliothèque

Attentats. Comment en parler aux enfants?

Personnages

En tant que parents, on souhaiterait soustraire nos enfants à cette désolation. C’est normal. Or, il n’y a rien de pire pour un enfant que de sentir des choses, entendre des mots, sans savoir à quoi les relier. Prenons donc le problème à bras le corps et parlons-en. Oui, mais pas n’importe comment. Il n’y a malheureusement pas de recettes miracles… juste quelques pistes et règles… Le but numéro 1 est d’empêcher que l’enfant se fasse des films! Vous qui lisez ces lignes, vous avez été petit non? Alors souvenez-vous de l’homme ou de la femme un peu louche que vous avez croisé, qui a offert des bonbons aux enfants alors que vous jouiez au loup sur la place de jeu. Son intention était sincère mais il a suffit que l’un d’entre vous pense que ses bonbons étaient empoisonnés pour que toute votre bande ait mal au ventre… Non? Donc voici les règles:
Règle numéro 1:
– vérifier ce que l’enfant sait déjà. ça parait bête dit comme ça, mais je vous assure que, autant lui que vous, peut tomber des nues et ce, quelque soit son âge. Vous pouvez très bien imaginer, que puisque tout le monde en parle, il est au courant, il sait tout, alors qu’il n’en est rien. Et à l’inverse, il a déjà tout, vu tout entendu (j’exagère exprès) et vous ne savez même pas comment il sait tout ça.
Alors voilà, en commençant par « il s’est passé quelque chose aujourd’hui ou hier à … en as-tu entendu parler? » Ainsi, vous introduisez le sujet sans brusquer votre enfant et/ou en lui ouvrant la porte.
Suite à votre question, il y a deux réponses possibles: oui ou non.
Si la réponse est oui, que sait-il? Et partir de ce qu’il sait, répondre à ses interrogations,ses peurs, ses doutes, etc.
Si la réponse est non, sachez qu’elle ne va probablement le rester longtemps (copains, télé… ils sont tous là pour véhiculer les news)
Règle numéro 2:
– adapter ses paroles à l’âge de l’enfant et vérifier ce qu’il comprend en utilisant la reformulation, c’est à dire lui faire redire avec ses propres mots ce qu’il a compris. À l’aide de votre sensibilité, rectifiez, clarifiez, corrigez, autant que possible.
Règle numéro 3:
Lui éviter de se faire des films, des mauvais films: Restez concret, factuel, simple, afin de ne pas lui permettre de se faire des films. On en revient à la règle numéro 1. Aujourd’hui il s’est passé cela. Point. Si on éprouve le besoin d’en parler plus, alors il faudra trouver un autre interlocuteur! L’enfant, au delà de ces quelques mots, pourrait se faire des films, contentez vous de répondre à ses questions de la manière la plus neutre possible.
Règle numéro 4:
Si vous vous sentez trop affecté par le sujet, déléguez. Expliquez bien à votre enfant que cela n’a rien à voir avec lui, et passez le relai à une personne de confiance: rien n’est plus terrifiant pour enfant que de sentir l’angoisse de ses parents. En même temps, si vous ne pouvez pas faire autrement, mettez des mots, METTEZ DES MOTS, et accueillez les siens, accueillez le de tout votre amour. L’amour est plus fort que tout.
Règle numéro 5:
Protégez-le des images. Par amour pour lui, protégez-le des images et des sons. (ce qui veut dire en clair: ne regardez pas la télé en lui mettant simplement la main sur les yeux. Eteignez!) Vous avez certainement déjà constaté qu’à partir d’un joli dessin animé, il part dans ses rêves. Qu’il soit réveillé ou endormi, son imagination va travailler en fonction de ce qui le touche, de ce qui lui parle. Pas toujours, mais souvent. Tenez! Mon fils était persuadé d’être allé à Disneyland… à partir des seules pubs d’introduction aux dessins animés de Disney. Il a vingt ans aujourd’hui et j’ai beau lui dire que « non, désolée » il continue de croire qu’il y est déjà allé… Il l’a certainement rêvé, c’est un beau rêve que je lui laisse et dont on sourit tous les deux. L’imagination des enfants est puissante.
Au moment où j’écris ce billet, mon fils de 17 ans prend connaissance de l’actualité… Je pense que toutes ces règles sont applicables, même au seuil de la majorité. Qui ne flippe pas? D’ailleurs, il est déjà venu me dire: Je voulais partir à partir à Paris avec des potes à Pâques… Tu me permets? À moi d’appliquer mes théories!!!
On partage nos expériences? Oui! Go donc dans l’espace « commentaires ».
Pensées aux familles endeuillées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *