Le Blog Tuasmalou
Partage d'expérience par une maman

Bibliothèque

Alternatives aux écrans

Personnages

Suite aux divers constats des effets délétères des écrans sur le développement de nos enfants, je vous propose quelques idées de jeux qui sauront les occuper. En effet, en fonction de notre lieu d’habitation, de notre emploi du temps et de la météo, il n’est pas toujours aisé de laisser les enfants jouer librement, d’avoir une paix relative, de les laisser sortir seuls. J’ai aussi pu remarquer que les enfants préfèrent les jeux en 3D. Du concret quoi! Je sais aussi que l’on serait vite tenté-e de les mettre devant un écran afin de pouvoir vaquer à nos occupations, tout en ayant la paix, le calme et le silence.
Ces quelques petits jeux d’intérieur vous demande quand même d’avoir un oeil et une oreille attentive mais, pour les avoir testés, ils occupent bien les enfants, sans excitation et leur procurent le plus souvent de la détente.
Ces jeux peuvent être faits à plusieurs. Ensemble ou en alternance.

Le Tetris aquatique
Je commence avec le jeu le plus relaxant, mais aussi celui qui vous demandera certainement le plus de vigilance. Cependant, si votre enfant aime l’eau, cela lui permettra de se détendre après une journée bien remplie et s’il n’aime pas l’eau, cela lui permettra d’apprivoiser cet élément.

Dans la baignoire remplie d’un peu d’eau (fonction de l’âge) mettre à disposition des petits cubes en mousse de différentes forme géométriques. S’il ne l’a pas découvert par lui-même, montrer à votre enfant qu’il peut les ventouser sur les catelles. C’est un jeu sans fin… 🙂

Vous pouvez tout à fait rajouter un produit dans l’eau du bain (relaxant, hydratant…). Attention toutefois à ce que ce produit ne soit pas gras afin d’éviter les risques de glissade.
Rappel: Un enfant dans l’eau doit toujours rester sous la surveillance et à portée de main d’un adulte.
Hors de question de laisser un enfant de cinq ans surveiller son petit frère de deux ans! J’ai ben dit un ADULTE!

– Fléchettes.
Evidemment, on choisira un jeu avec des petites balles à velcro et pas un vrai jeu avec des fléchettes à bout métallique 😉
Placer la cible contre un mur et tenter de battre le record. Chaque membre de la famille peut y participer quand il le souhaite ou la famille peut aussi en faire un rituel quotidien. Style un lancer par personne avant le repas-comptage des points à la fin du mois/de la semaine. Entraînement possible en tout temps.

– Marrons et pives
C’est la saison des marrons. Ramasser des marrons, les ramener à la maison et les mettre dans un panier (ne les laissez pas dans un sac plastique au risque de les voir moisir). Laissez ce panier à portée de mains des enfants afin qu’ils puissent créer leurs propres jeux.
Attention toutefois avec les jeunes enfants: risque d’étouffement s’ils les mettent dans la bouche.

– Feuilles mortes
Ramasser des feuilles tombées, les mettre à sécher si nécessaire. Mettre à disposition des feuilles de papier et de la colle blanche. Il ne vous reste plus qu’à admirer les créations réalisées!

– Pâte à modeler
Ah…! La pâte à modeler! C’est magique!
On peut l’acheter ou la fabriquer soit même et la colorer à notre guise. Certaines peuvent être cuite au four alors que d’autres peuvent être modelées et remodelées à l’infini.
À mes yeux, c’est l’occupation parfaite pour laisser un enfant jouer pendant qu’on prépare le repas ou qu’on répond à des mails, à condition que notre enfant soit dans la même pièce que nous. Alors bien sûr, il va vous interrompre avec ses “regarde! j’ai fait une souris” ou “devine ce que c’est”. Mais bon, c’est normal, non?

– Poterie
Lancée dans l’idée de la pâte à modeler, j’ai peut-être un peu dérapé car la poterie est un peu plus salissante et nous demande un peu plus d’investissement personnel. Mais mes enfants et moi, on adore!

– Orange de Noël
Planter des clous de girofle dans une orange. ça tout le monde connait. Ou peut-être pas en fait… ?
Pour faciliter la tâche, utiliser un poinçon afin de pré-trouer l’orange. Soit l’enfant fait des petits trous à l’aide du poinçon et vous y mettez les clous de girofle, soit vous faites vous- même les trous et l’enfant met les clous de girofle. Chacun peut aussi faire sa propre orange. (Petit conseil: ne pas trop enfoncer le poinçon dans l’orange. Perforer juste l’écorce sinon l’orange se vide de son jus et pourri. Une magnifique idée, délicieusement odorante, pour exercer la mobilité fine de notre enfant.
Petit conseil numéro 2: Préparer des quartiers d’orange que votre enfant pourra manger tout en bricolant.

Découpage au poinçon.

Pour ceux qui ont plus de disponibilités, les ateliers cuisine sont toujours très appréciés des enfants.

Je vous invite à partager vos idées ici, les idées les plus farfelues sont les bienvenues! 🙂

En parlant de farfelu: À l’époque où je n’avais que deux enfants, j’avais aménagé une petite chambre en salle de jeux: Un bac à sable (du sable dans une piscine gonflable avec des pelles et des seaux, comme à la plage 🙂 ). Un mur de grimpe et un toboggan. Le top du top!
Les règles d’utilisation du bac étaient nettes, claires et précises (pas question de retrouver du sable dans tout l’appartement)
Sous le mur de grimpe, il y avait plusieurs matelas mousse qui servaient à amortir les chutes certes, mais qui servaient aussi à des moments plus tranquilles (lecture, câlins, rien ;-), “bagarres”…). Cet aménagement simple a été un pur bonheur de jeux, de partage et de complicité.

Je vous ré-invite donc à partager ici toutes vos supers idées afin que nous, parents, soyons plus attractifs que les écrans!

otites, comment les soulager

Personnages

Qu’elle soit interne, moyenne ou externe, l’otite est douloureuse, très douloureuse, voire insoutenable. Il convient de toujours prendre l’avis du médecin qui nous informera de l’état du tympan. Savoir si le tympan est perforé ou pas est primordial et c’est la raison pour laquelle même si on soupçonne une otite le(la) pharmacien-ne ne donnera rien, hormis des anti douleurs oraux, et encore! Il préférera qu’un diagnostique sûr soit posé, car une otite mal soignée peut affecter l’audition.
Vous êtes donc allés chez le pédiatre qui vous a prescrit les bons remèdes mais la douleur est toujours présente… Vous donneriez bien un anti-inflammatoire suivi d’un anti-douleur toutes les demi-heures, mais ça, IL NE FAUT ABSOLUMENT PAS LE FAIRE! MÊME PAS LA NUIT! 😉 Que faire alors en attendant l’heure de la prise “légale”?
Voici quelques trucs qu’on peut utiliser sans modération :-)!

1. La compresse chaude.
Tout le monde a chez soit, dans son réfrigérateur un Cold/hot pack, non? Ah ben si ce n’est pas le cas, foncez vous en procurer un, voire deux! Les coldpack sont ces petits sacs remplis d’un gel bleu, qui dorment dans le congèl’ et qu’on ressort à chaque coup, entorse, bref chaque fois qu’il y a besoin d’appliquer du froid sur une partie du corps. Ils dorment au congèle’ car c’est plus rapide de les réchauffer que de le refroidir, tout simplement ;-). Pour le réchauffer, hop dans une casserole d’eau chaude (mais pas bouillante) quelques 5 minutes et hop sur l’oreille. C’est magique! (Attention à ne pas vous brûler en manipulant le coldpack, devenu hotpack! ;-)). Qu’il soit froid ou chaud, il faut toujours l’emballer dans son petit sac d’origine ou même parfois d’un linge supplémentaire. On le laisse autant de temps que nécessaire et on le réchauffe autant de fois que nécessaire.
2. Des compresses d’argile. Ah magique argile! Il faut vraiment en avoir chez soi et y penser! Quelles sont ses propriétés??? L’argile
Il y a donc trois sortes d’otites. L’interne, la moyenne et l’externe. Tout dépend de sa localisation dans l’oreille et donc des causes.
1.L’otite externe, aussi appelée otite du baigneur survient dans le conduit externe, généralement suite à la stagnation d’eau dans l’oreille. Il convient donc de bien sécher l’oreille et surtout d’apprendre à l’enfant à le faire. On met un doigt dans la serviette qu’on introduit dans l’oreille tout en penchant la tête sur le côté(côté par lequel l’eau pourra s’écouler. On attend de bien sentir l’eau coule… 🙂
2. L’otite moyenne. Elle fait généralement suite à un rhume. Même tout léger. C’est l’accumulation de “glaires” qui va créer une surpression derrière le (les) tympan(s). Aië! Aïe! Aïe! Pour l’éviter? Moucher l’enfant et lui apprendre à le faire seul et régulièrement. Et s’il ne le fait pas, bah on continuera à le faire, patiemment ;-).
3. Faire des rinçages avec du sérum physiologique.
4. L’otite interne. Alors j’avoue, je ne m’y connais pas 🙁 et 🙂 en même temps.Mais de manière générale, plus l’infection rentre dans le corps, plus on va se tourner vers un spécialiste… Donc là, go!!! Otite interne

Cependant, certains enfants semblent plus à même de développer des otites à répétition. Si c’est le cas de votre enfant, il serait bon d’en connaître la cause et d’agir en conséquence. Pour des problèmes de circulation de liquides dûs à des conduits auditifs particuliers, une visite chez l’ostéopathe peut être miraculeuse. Parfois des gestes simples comme sécher l’oreille ou moucher peuvent suffire… J’espère juste que vous trouverez le moyen de ne pas vivre trop régulièrement ces épisodes de grandes souffrances.
Et si vous avez envie de partager vos expériences d’épisodes otitiques, c’est tout simple! Alors à vos claviers! 🙂

le vêtement, son importance dans l’épanouissement de l’enfant

Personnages

Au delà de l’effet de mode, le vêtement a une importance primordiale. Il va recouvrir l’organe le plus important de notre corps: la peau. Ce vêtement a une structure, une matière et une couleur.
Pour la couleur, les parents d’enfants roux ont bien compris que pas n’importe quelle couleur ne leur ira et qu’il faudra en éviter certaines. Ce propos n’est de loin pas sectaire, au contraire, il montre toute la subtilité du choix du vêtement. Choix que l’on fait en général inconsciemment… certains parmi nous pourraient être considérés comme passe-partout… genre une peau mate, un joli visage et une belle morphologie, ceux-ci, même dans un sac à patate auraient de l’allure! Mais au-delà de l’allure extérieure, il convient de tenir compte du ressenti intérieur… Et alors là! Pffff… Soit c’est une révélation :-), soit c’est un parcours du combattant :-(. Mais courage, ça en vaut vitalement la peine!
Bon, je pars du principe que ce sont plus des parents qui me lisent que des enfants. Donc avec vos années de vie, que vous soyez homme ou femme, vous avez bien(ou commencez à définir) défini les habits qui vous conviennent. En général, on procède par ordre de ce qui ne nous va pas. Erreur ou pas? J’avoue que je ne sais pas. La forme du vêtement… encolure ronde ou en V… autre? Des fois on ne sait pas. Matières? Il y a les douces, les fluides… les agréables… Et pourtant, une fois portée on à l’impression qu’elles dégoulinent ou alors qu’elles nous étriquent. Alors oui, en magasin on touche vaguement le tissus, la couleur y est à peu près, la taille c’est bon et hop l’achat est fait. Cependant, impossible de le mettre! Qué? Quoi? Mais qué passa? Si c’est un achat pour notre enfant, il hurle, il crise et crie qu’il ne veut pas l’enfiler! Ce à quoi dans l’énervement nous pouvons lui répondre: “Mais bon sang! T’as vu son prix?!?” Heu… plus c’est cher, plus c’est confortable???… Malheureusement pas. Alors quoi???
Chaque corps est différemment fait:
– Structure: Osseuse, ronde, longiligne?
– Carnation: Blonde, brune, rousse? Plutôt grise ou plutôt dorée? Plutôt chaude ou plutôt froide? Ah AH la blague! ? Ses grands-parents ont compté les orteils! Et ouf! Le compte y était! Mais au-delà de ça, il y a sa nature profonde… Au-delà des mes goûts et de mes projets pour lui, il va falloir l’accompagner dans tout son être.
Soyons francs, au-delà du relooking, qui vise plutôt à cacher nos soit-disants défauts plutôt que d’exprimer notre vraie valeur, il y a: MOI (ou lui) et LE VÊTEMENT: Quelle matière, quelle forme, quelle couleur? ça, ça peut être tout un travail, surtout si nous nous sommes trop éloignés de nous-même… Mais la bonne nouvelle est que nos jeunes enfants n’ont pas tout ce passé d’à priori! Ils savent au moins, instinctivement, quelles matières et quelles formes, ils supportent sur leur peau. Un tissu dense et épais? Un tissus dense mais en même temps léger? un tissus fluide? Tout ce qui peut nous paraître un caprice d’enfant au moment où on l’habille est en fait indice ;-). Un tissus léger quelque soit la température extérieure? Un tissus épais alors qu’il fait 30°C à l’ombre? Autant d’indice qui vont vous aider à déterminer sa nature.
Sachant que les matières de tissus correspondent aux quatres éléments: air, terre, feu, eau, on pourra cataloguer les tissus ainsi:
– serrés et lourds: expriment la terre
– légers et aérés: expriment l’air
– fluides: expriment l’eau
– secs et grattants: expriment le feu
Voilà, CQFD, nous exprimons, à travers notre corps les 4 éléments naturels. Mais pas que… Au delà des couleurs des couleurs, nous exprimons aussi les quatre tonalités: Eté, automne, hiver, printemps? Mais pas que… pendant qu’on y est, pourquoi ne pas s’intéresser aux trois structures: losange, cercle, ligne. Ah ben oui, tout cela est fort complexe. Mais si, en tant que parents, nous arrivons au moins à respecter SON choix de textile, c’est tout un bien-être en plus que nous lui offrons! Viennent ensuite à un niveau ou à un autre les autres éléments… What? Heu…ben oui, évidemment;-) nous avons différents corps énergétiques…
Pour faire court, et revenir au titre du billet: le vêtement a une grande importance dans l’épanouissement de l enfant, un confort et une sécurité inégalable (et je mesure mes mots!)
Alors, jeunes parents, soyez à l’écoute du ressenti corporel de votre enfant (tout en vous mettant à la vraie écoute de vous-même).

D’où m’est venue cette idée, pour certains, saugrenue?
1. En feuillant un magazine d’outils pour enfants autistes dans lequel ils proposaient un gilet lesté…Pour augmenter la densité corporelle de l’enfant et lui permettre d’atterrir?
2. Par expérience, suite à de achats pour mes enfants qui ne correspondent absolument pas à ce qu’ils attendent d’un vêtement, au-delà de la mode.
3. Suite à mon propre chemin concernant le vêtement.
Un sujet nouveau pour une humanité en évolution et qui attend vos commentaires et le partage de vos expériences 🙂

Prévention noyade

Personnages

La belle saison vient à peine de commencer qu’il y a déjà plusieurs jeunes enfants qui ont perdu la vie accidentellement dans l’eau.
Le petit d’homme ne sait pas nager et sera complètement incapable de faire quoique se soit dans cet élément jusqu’à ce qu’il ait acquis certains apprentissages. En attendant que monsieur ou mademoiselle junior se décide à savoir nager, il faut surveiller à 110% son petit bout de chou. Surveiller ce n’est pas juste savoir qu’il est quelque part dans les parages et qu’il joue tranquillement, oulala! Non, non, non!
1.SURVEILLER, LORSQU’IL Y A DE L’EAU À PROXIMITE, C’EST AVOIR SON PETIT À PORTEE DE MAIN.
2.SURVEILLER, CE N’EST PAS NON PLUS PENSER QUE QUELQU’UN D’AUTRE LE SURVEILLE.
Je ne dis pas que quelqu’un d’autre ne peut pas le faire, mais il faut s’assurer qu’il y a effectivement une personne chargée de cette mission. Le risque est surtout présent lorsqu’il y a une fête par exemple: beaucoup d’adultes sont présents et le risque est de penser que l’autre surveille. Même si dans ce cas tout le monde a un peu un oeil sur chaque enfant, cette surveillance là ne suffit pas lorsqu’il y a un danger à proximité. (plan d’eau, route, falaise) Dans ce cas, il faut les deux yeux et la présence physique d’un adulte pour surveiller un jeune enfant.
L’eau (ou un danger) à proximité c’est quoi? une marre, une piscine, une pataugeoire, une bassine, une rivière, un ruisseau, un lac, la mer, l’océan…
La proximité c’est quoi? entre 0m et… 2 kilomètres. Ben oui ça gambade parfois très bien un jeune enfant!

Cours pour bébés nageurs? La plupart des cours pour bébés, apprennent aux petits à se mettre sur le dos. Flotter sur le dos n’étant pas naturel pour beaucoup, certains se débattront avec force pour se retrouver sur le ventre. Patiemment, il s’agira de conduire le petit à cette position de sécurité afin qu’il acquière ce réflexe.
Un conditionnement un peu à la Pavlov, mais qui, une fois acquis peut s’avérer salvateur. D’ailleurs c’est notre position de survie dans l’eau, malheureusement, faute de le savoir, peu de gens ont le réflexe de se mettre sur le dos lorsqu’ils ne sentent plus aptes à nager, d’où des noyades à tous âges…
Pour ma part, j’ai choisi une autre voie concernant les bébés nageurs. Parenthèse: mon fils aîné hurlait à chaque fois que j’essayais de le mettre sur le dos, la prof me disait de ne rien lâcher, de continuer encore et encore… Punaise le calvaire! J’adore l’eau, j’y suis en totale confiance, à l’époque, je ne pensais même pas aux risques de noyade! Juste le plaisir d’être dans l’eau, nager, sur et sous l’eau, jouer faire des expériences… Donc, j’ai changé de bassin*, changé de manière de découvrir l’élément eau. Savoir retrouvé seul ses appuis, se déplacer, découvrir la flottaison, être en confiance tout en connaissant ses limites, la voie de la découverte sans contrainte en toute sécurité. Mais je me rends compte que s’il était tombé à l’eau par accident, il n’aurait probablement pas eu le réflexe de survie: se mettre sur le dos. L’approche de l’eau que j’y ai faite était plutôt basée sur les joies et les risques de l’eau. J’ai donc vu mes enfants s’approcher prudemment de la piscine, se tenir à distance lorsqu’ils savaient que personne ne pouvait les sécuriser s’ils étaient dans l’eau… l’accident n’était probablement jamais loin, mais j’étais toujours prête et eux savaient qu’ils ne pouvaient pas encore aller dans l’eau seuls. Un de mes buts était atteint (surtout qu’il y avait une piscine non sécurisée chez leur grand-mère), mais comme je l’ai déjà dit un accident aurait pu arriver et je ne suis pas sûre qu’ils auraient eu le réflexe de se mettre sur le dos une fois tombés à l’eau. J’ai regretté le temps où je pouvais me poser sur une chaise longue au soleil et bouquiner tranquillement, mais j’étais là, présente, attentive. Cette période, dites vous bien, ne dure qu’un temps.

Comprenez bien, croyez-moi sur parole:UN ENFANT QUI SE NOIE NE FAIT PAS DE BRUIT! En effet, sachez-le et retenez-le, contrairement à nous qui pourrions éventuellement penser à appeler à l’aide en de telles circonstances, en enfant va juste chercher à prendre de l’air. IL MANQUE D’EXPERIENCE pour savoir que dans ce cas de figure il faut qu’il prenne son souffle ET EN MÊME TEMPS QU’IL APPELLE À L’AIDE. Il ne le peut de toute façon simplement pas! C’est trop de chose à faire en même temps! Son réflexe va donc être de chercher de l’air, en silence…. Juste survivre…pour vivre encore.

Oui, je sais, chaque année, à même époque, je parle des noyades. Désolée, mais si le printemps prochain je relis dans les journaux qu’un enfant ou un jeune ou un vieux s’est noyé…vous y aurez encore droit! À vous de faire en sorte que je puisse enfin arrêter d’écrire sur le sujet! Passez le mot! Informez les parents, les grands-parents: ça a l’air tellement évident pour certains que lorsqu’il arrive un accident mortel, tout le monde est surpris… Mais de cette surprise là, personne ne s’en remet!

Vous trouverez mes précédents billets sur le thème de la noyade en cliquant sur le lien suivant: NOYADE

*école de l’eau, Satigny, Genève

Rentrée scolaire et…alimentation.

Personnages

Voilà , c’est la période de la rentrée scolaire. En tant que parents, vous avez certainement pensé à  tout. Cartable, habits, activités extrascolaires, organisation… Tout quoi! Même la petite boîte pour les 10 heures et le goûter! Et…? Que contiendra cette boîte? Attention, on ne rigole plus avec les goûters!
Lire la suite

Surpoids et obésité

Personnages

En Europe, un enfant sur 5 est en surpoids ou est obèse. La France et la Suisse sont en milieu de classement. Bonne nouvelle, les Etats-Unis ont récemment annoncé une baisse des enfants en surpoids. L’Europe, qui suit généralement les USA, devrait donc vraisemblablement leur emboiter le pas.
Lire la suite

Les maux de têtes des enfants

Personnages

Après les douleurs abdominales, les maux de tête sont en deuxième position sur la liste des plaintes des enfants. La plupart du temps, bénins et temporaires, il passe d’eux même. Pour ma part, lorsqu’un de mes enfant se plaint de maux de tête, mon premier réflexe est de lui faire boire de l’eau. Bien souvent, en buvant lentement son verre d’eau pas trop froide, il se pose tranquillement et très souvent, au bout d’une dizaine de minutes et peut-être un deuxième verre d’eau, le mal de tête est passé!
Lire la suite